Patek Philippe, la montre la plus chère au monde.

L’histoire de Patek Philippe remonte au milieu du 18ème siècle, à l’époque où la Pologne était sous domination russe, et où la répression consécutive à la rébellion de 1830 a conduit de nombreux Polonais à chercher une nouvelle vie en Europe de l’Ouest. L’un d’eux, Antoni Norbert Patek, né en 1812, arrive à Genève sous le nom d’Antoine Norbert de Patek.

Là, guidé par sa passion pour l’horlogerie, il entre dans le monde des montres de poche de grande valeur. Le soin extrême avec lequel il traite chacun de ses produits lui vaut rapidement une clientèle de choix. Le succès du projet l’amène à s’associer à l’horloger François Czapek en 1839 et à fonder la société Patek, Czapek & Cie, bien que Czapek se retire six ans plus tard.

À l’époque, on entendait déjà parler de Jean-Adrien Philippe, un jeune fils d’horloger, né en France en 1815, qui avait créé à l’âge de 21 ans une usine de fabrication de composants pour mouvements. C’est l’une de ses innovations, le réglage de l’heure sans clé, qui l’amène à rencontrer Antoine Norbert de Patek à Paris en 1844. Leur passion commune les pousse à s’associer : le jeune Philippe rejoint d’abord Patek & Cie, puis, en 1851, les deux hommes créent « Patek Philippe » avec la ferme ambition d’offrir les meilleures montres du monde. Une belle histoire qui commence.

LA MONTRE LA PLUS CHÈRE AU MONDE

« Le temps, c’est de l’argent », un cliché impardonnable lorsqu’on parle de montres... à l’exception peut-être d’un modèle précis... . En novembre 2019, a lieu la vente aux enchères « Only Watch », la plus luxueuse au monde, à Genève, en Suisse. On annonce que l’horloger Patek Philippe va faire don d’un modèle exclusif. Les spécialistes prédisent alors une vente record, pouvant atteindre 3,4 millions d’euros pour cette pièce surnommée « le joyau de la couronne ».

La montre en question, baptisée « Grandmaster Chime », a été créée par Patek Philippe pour cette vente aux enchères caritative biennale, organisée afin de récolter des fonds pour la recherche contre la myopathie de Duchenne. Ce modèle unique, sur lequel on peut lire l’inscription « The Only One », est composé d’un boîtier réversible abritant deux cadrans : noir d’un côté et en or rose 18 carats de l’autre. Au final, l’unique, avec ses vingt complications et ses plus de 100 000 heures de travail, a fini par atteindre près de 28 millions d’euros aux enchères.

Comme l’explique l’horloger lui-même, aussi surpris que les autres du prix d’achat, « la pièce a été réévaluée dans une salle pleine d’enchérisseurs habitués à payer des dizaines de millions pour une œuvre d’art ». Ainsi, Patek Philippe a franchi un pas au-delà de l’atelier d’horlogerie pour s’élever à la catégorie artistique, arrachant d’ailleurs à Rolex la paternité de la montre la plus chère du monde.

Cette surprenante soirée a, sans aucun doute, été une nouvelle réaffirmation non seulement de la qualité et de l’exclusivité incontestées, mais aussi de la réputation irréprochable, des montres Patek Philippe.

LA FIN D’UNE ÈRE POUR LA MONTRE LA PLUS CONVOITÉ

Avec la Patek Philippe Nautilus 5711, la marque suisse a réalisé ce dont rêvent toutes les marques de la planète : créer un produit que tout le monde veut.

Le modèle - une montre élégante en acier avec un cadran bleu foncé et une simple fonction de date - était si convoité par les collectionneurs que le temps d’attente pour s’en procurer une pouvait, selon la rumeur, atteindre 10 ans. Qu’a fait Patek Philippe ? Augmenter la production de la montre de 33710 dollars pour améliorer ses marges bénéficiaires ? Créer des éditions spéciales cette pièce pour en vendre une plus grande variété ? Non. Au contraire, la marque va faire l’impensable et arrêter complètement la Patek Philippe Nautilus 5711.

Les tendances horlogères étant devenues plus décontractées au cours de la dernière décennie, la Patek Philippe Nautilus 5711 a assumé le rôle de modèle phare de la marque. C’est la montre que portent le plus souvent les célébrités et la pièce que les collectionneurs désirent par-dessus tout. Le fait que cette montre soit devenue si populaire peut expliquer la décision de Patek d’arrêter sa fabrication.

GOD SAVE PATEK PHILIPPE

Le reine, Elizabeth II est une grande amatrice de montres. En effet, au cours de sa longue vie, on l’a vu porter des modèles de grandes marques d’horlogerie dont Patek Philippe qui, à en juger par la récurrence de son utilisation, semble être l’une de ses marques préférées.

Elizabeth II a porté plusieurs modèles de Patek Philippe. Mais l’un de ceux qui attirent le plus l’attention, et avec lequel elle a été vue lors d’occasions importantes, comme pour des ouvertures du Parlement et des cérémonies d’anniversaires de son intronisation, est l’un des modèles Ellipse que la manufacture historique genevoise Patek Philippe a réalisée pour elle. Il s’agit d’une œuvre d’art de haute horlogerie, dans laquelle le cadran est incrusté de diamants où le boîtier en or blanc est recouvert de diamants et enlacé par des brins de perles.

Dernières actualités

Interview de Hayate Benhida, co-dirigeante du bureau de La Rochelle 13 juillet 2021

Interview de Hayate Benhida, co-dirigeante du bureau de La Rochelle

Coldwell Banker La vie Immobilière est implantée à La Rochelle depuis Novembre 2019. Nous vous proposons aujourd’hui l’interview de Hayate...

Citybreak : Découvrez le Luxembourg 5 juillet 2021

Citybreak : Découvrez le Luxembourg

Bordé par la France, la Belgique et l’Allemagne, le Luxembourg se trouve au cœur de l’Europe. Bien qu’il soit célèbre...

Peter Goossens, le chef belge 4 juillet 2021

Peter Goossens, le chef belge

On le surnomme le Pape de la Gastronomie belge. Au  Hof Van Cleve, le restaurant qu’il a fondé en 1987...

Consultez les archives

Nos bureaux

Coldwell Banker® est le réseau le plus dynamique sur le marché de l'immobilier de luxe et de prestige avec 12 ouvertures en 2019.
Aujourd'hui Coldwell Banker® France & Monaco compte près de 40 bureaux et 300 consultantes et consultants.